De l’intelligence aux différents types d’ intelligence

Table des matières

A l’heure où l’intelligence artificielle s’impose dans notre quotidien, savons-nous vraiment ce qu’est l’intelligence ? Nous associons souvent l’intelligence à un test de Q.I mais est-ce qu’il n’y a pas différentes formes d’intelligence ? Cette notion est en fait bien plus complexe. Nous avons été habitués à une forme spécifique d’intelligence mais la réalité en est toute autre. 

Définition de l’intelligence

D’après le Larousse, l’intelligence peut correspondre à cinq définitions. Il peut s’agir de :

  • L’ensemble des fonctions mentales ayant pour objet la connaissance conceptuelle et rationnelle. Autrement dit, tout ce qu’on peut représenter mentalement.
  • L’aptitude d’un être humain à s’adapter à une situation, à choisir des moyens d’action en fonction des circonstances.
  • Une personne considérée dans ses aptitudes intellectuelles, en tant qu’être pensant.
  • La qualité de quelqu’un qui manifeste dans un domaine donné un souci de comprendre, de réfléchir, de connaître et qui adapte facilement son comportement à ces finalités.
  • La capacité de saisir une chose par la pensée.

Ainsi le terme « intelligence », d’un point de vue sémantique recouvre plusieurs réalités et n’a pas une définition unique. Toutefois, il y a un certain consensus affirmant que l’intelligence se mesure grâce aux fameux tests de QI et qu’ils seraient immuables. Peut-on prétendre que ces tests peuvent mesurer une intelligence à part entière ? Est-ce une réalité qu’on peut scientifiquement prouver ? Que disent les sciences sur l’intelligence ?

Nous vous proposons aujourd’hui d’apporter un éclairage sur les dernières évolutions en matière de connaissance sur l’intelligence ! Seront notamment abordés deux concepts, celui d’intelligences multiples et celui d’intelligence émotionnelle.

Les intelligences multiples

A partir de la fin des années 1970, le professeur de neurologie Howard Gardner, en s’intéressant au phénomène de la pensée humaine, va développer toute une théorie des intelligences.

Il tente de démontrer que la pensée humaine est plus complexe que ce qui était alors connu par les psychologues et par les scientifiques en général. C’est lui qui va, en premier, parler des « intelligences » au pluriel et non plus de l’intelligence. Son idée phare est que tous les hommes sont intelligents mais que cette intelligence peut prendre des formes différentes.

Il va ainsi mettre en avant l’existence de 8 types d’intelligence : logico-mathématique, linguistique, kinesthésique, musicale, interpersonnelle, intrapersonnelle, visio-spatiale et naturaliste. À l’heure actuelle, il en existe même une 8,5 ème, selon l’appellation qu’Howard Gardner lui a donnée, car elle ne partage pas le même statut que les autres : l’intelligence existentielle, c’est-à-dire la capacité à s’interroger sur la vie et la mort et à réfléchir au sens de la vie. Ces huit à neuf intelligences sont regroupées par type :

  • Les intelligences d’action sont de deux types : l’ intelligence interpersonnelle fait référence à la capacité à écouter et comprendre autrui, l’ intelligence intrapersonnelle quant à elle, fait référence à la capacité de s’écouter soi-même et de comprendre ses émotions.
  • Les 2 intelligences scolaires sont celles qui sont sollicitées dans le cadre du système scolaire. On parle d’ intelligence verbo-linguistique en référence à la capacité de chacun d’entre nous à hausser son niveau de langue (notamment la richesse du vocabulaire et de la syntaxe utilisés). L’intelligence logico-mathématique fait référence à la capacité mentale de l’élève à développer des raisonnements sur des formes intelligibles et abstraites selon la logique mathématique.
  • Les intelligences environnementales permettent de se sentir en symbiose avec la beauté et les rythmes de la nature. Ceux qui ont développé une intelligence naturaliste ou une intelligence musicale rythmique sont des personnes qui possèdent une sensibilité sensorielle qui leur permettent de distinguer des notes en musique ou de reconnaitre des cris d’oiseau instantanément. Ils sont notamment très à l’aise pour étudier en rythme et en mélodie.
  • les intelligences méthodologiques correspondent à la capacité à utiliser son corps pour développer une vision spatiale et une mémoire kinesthésique (c’est à dire la mémoire des mouvements). On parle respectivement d’intelligence spatiale et d’intelligence corporelle kinesthésique. Ces personnes possèdent la capacité de mémoriser des mouvements (des chorégraphies complexes par exemple en danse) et sont souvent plébiscitées par des amis lors de randonnées pour leur sens de l’orientation !

Gardner a ainsi une vision très extensive du concept d’intelligence qui dépasse largement la notion de « Quotient intellectuel » ; nos intelligences seraient multiples et nous aurions tous des formes d’intelligences différentes, sans véritablement en connaître les causes et les conséquences. Certaines hypothèses évoquent la génétique ou le mode de vie.

« Tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide. »

Albert Einstein

Partis de ce postulat, pouvons-nous encore affirmer qu’un tel est plus intelligent qu’un autre ? La question est posée. Plus encore, la vision de Gardner nous questionne sur notre rapport à l’école. En effet, ce sont les intelligences scolaires qui y sont valorisées mais quid des autres formes d’intelligences ? Comment les développer ? Comment les valoriser ?

 

L’intelligence émotionnelle

En 1990, John Mayer et Peter Salovey utilisent pour la première fois le terme d’intelligence émotionnelle. Daniel Goleman, en 1995, va approfondir la notion d’intelligence émotionnelle en estimant qu’elle comprend cinq compétences :

  • la conscience de soi,
  • la maitrise de soi,
  • la motivation,
  • l’empathie,
  • les aptitudes humaines.

Pour Goleman, l’intelligence émotionnelle désigne « notre capacité à reconnaitre nos propres sentiments et ceux des autres, à nous motiver nous-mêmes et à bien gérer nos émotions en nous-mêmes et dans nos relations avec autrui ».
Dans son deuxième tome, Goleman explique en quoi ces compétences émotionnelles sont fondamentales dans le monde du travail et en quoi elles conditionnent pleinement une vie heureuse au travail.

Ainsi, l’approche de Goleman est centrée sur ce qu’on appelle « les soft-skills », qui sont essentielles dans le monde de l’entreprise. Il ne suffit pas qu’un enfant réussisse à l’école. Pour mettre toutes les chances de son côté dans le monde professionnel, il doit aussi développer ces compétences transverses (l’organisation, la concentration, la coopération, la pensée multiple, etc.).

Qu’il s’agisse des intelligences multiples de Gardner ou de l’intelligence émotionnelle de Goleman, les compétences non scolaires sont mises en avant.
Il s’agit des « soft-skills », toutes ces compétences attendues dans le monde du travail et qui ne font pas l’objet d’un enseignement à part entière et que les professeurs n’ont pas le temps de travailler en raison des programmes scolaires bien chargés. En France, l’Éducation Nationale est en évolution sur ce point, mais il apparait opportun que les générations futures soient également formées aux « soft-skills ».

L’état des sciences actuelles est tel qu’il est, mais que découvrirons-nous sur les intelligences dans le futur ? Les anciens ont enseigné que l’intelligence provenait de l’intellectus latin qui est la trace de l’Esprit en chaque homme. L’origine de l’intelligence serait donc supra-humaine c’est-à-dire surnaturelle. La raison serait, elle, le processus cognitif qui nous donne accès à l’intelligence, exactement comme un prisme décompose la lumière blanche.

Les mystères de l’intelligence

L’intelligence est donc multicolore en raison de la diversité intrinsèque des êtres humains. Et par conséquent, l’intelligence serait même commune à tous les êtres vivants, chacun selon ses prédispositions. Un chien est beaucoup plus sensible au mouvement que l’homme par exemple, et les arbres ont aussi développé un système de communication d’une complexité remarquable !

En somme, nous ne connaissons que peu de choses sur l’intelligence et pour ainsi dire, l’observation et l’enthousiasme restent de loin, nos meilleurs outils pour en découvrir les nuances infinies !

Table des matières