Comment faire une dissertation : la méthode en 8 étapes  

Table des matières

Après notre article sur la méthode du commentaire de texte, en voici un nouveau sur la méthode de dissertation !  

La dissertation, épreuve de 1ère et de Terminale, est un exercice analytique qu’on retrouve dans plusieurs matières scolaires : Français, Histoire, Géographie, Philosophie. Cette épreuve porte sur l’un des thèmes étudiés en classe. Notre méthode de dissertation repose sur 8 étapes clés.  

Quelle que soit la matière, la méthode de dissertation est identique, à l’exception du choix du plan qui peut donc différer selon les matières. Par exemple, en Philosophie, le plan est souvent dialectique (c’est-à-dire sous la forme : thèse, antithèse, synthèse). Alors qu’il sera  plutôt thématique ou analytique en Français (par thèmes/idées).  

Dans tous les deux cas, il est recommandé d’apporter une ouverture sur le sujet. C’est un dépassement du sujet qui permet de nuancer la réponse proposée dans la conclusion.  

Voici les 8 étapes pour réussir sa dissertation :  

  1. Analyser le sujet 
  2. Définir les termes  
  3. Rassembler ses connaissances dans un brouillon  
  4. Identifier une problématique  
  5. Constituer un plan  
  6. Rédiger l’introduction  
  7. Rédiger la conclusion  
  8. Rédiger le développement  

Analyser le sujet  

Avant toute chose, l’épreuve de la dissertation nécessite une analyse profonde du sujet. Il est donc essentiel de se fier dans un premier temps à ses intuitions et de choisir le sujet le plus inspirant.  

Il est possible de reformuler le sujet sous différentes formes afin de mieux le comprendre et d’entamer une réflexion approfondie. 

Le sujet peut prendre différentes formes, il peut être une question, une notion ou une citation. 

Définir les termes   

La deuxième étape, qui n’est pas des moindres, est la définition des termes du sujet. Elle est indispensable car elle va permettre de mieux comprendre le sujet et les attentes. Chaque mot-clé doit donc être défini avec précision, il est même possible d’employer des synonymes et des antonymes afin d’éviter un hors-sujet. Chaque mot a son importance et peut avoir plusieurs définitions possibles, il faut donc être prudent et attentif à l’emploi des termes et l’amplitude de leurs sens. 

Prenons un exemple à des fins d’illustration. Pour le sujet : “Le libre-arbitre est-il synonyme de liberté ?”, il sera nécessaire de définir les termes “libre-arbitre”, “synonyme” ainsi que “liberté”. 

Rassembler ses connaissances sur un brouillon  

Après avoir défini tous les termes, il est temps de rassembler toutes ses connaissances sur le sujet. 

Il est attendu, à cette étape de l’exercice, de noter toutes les informations concernant le sujet (noms d’auteurs, des extraits d’œuvres, des citations, des genres littéraires, etc.).  

Cette étape est fondamentale car toutes les informations notées, y compris celles qui s’avèrent inutiles, permettront de se focaliser sur les étapes suivantes de l’exercice. Vous éviterez de perdre du temps précieux à devoir vous remémorer des informations. 

Ainsi, noter toutes ces idées en vrac dès le début permet de libérer du temps par la suite et d’être sûr de ne rien oublier.  

Identifier une problématique 

A présent, les termes du sujet doivent être formulés sous forme de question. En d’autres termes, il est temps d’identifier et trouver la problématique du sujet de la dissertation. C’est un moment clé de l’épreuve car il s’agit de l’étape qui détermine l’orientation de l’analyse et donc de la réponse. Il est donc important de prendre son temps et de bien comprendre le sujet avant de formuler une problématique afin d’éviter tout risque de hors-sujet.  

Par exemple, pour le sujet cité plus haut, il est possible de le reformuler de la manière suivante : “l’absence de contraintes permet-elle d’être libre ?”. 

Constituer un plan  

Un plan de dissertation doit être clair et détaillé. Faire un plan n’est pas chose aisée surtout lorsqu’il existe plusieurs types de plans, il est peut-être difficile de sélectionner le bon angle d’attaque. 

Le plan dialectique (thèse, antithèse, synthèse) est généralement utilisé en philosophie et parfois en Français. C’est un plan nuancé qui ne contient pas de réponse fermée et qui ne tranche pas sur le sujet. 

Le plan thématique ou analytique est un plan dont la conclusion à la problématique est claire et fermée, une seule réponse est attendue dans ce type de plan. Il est toutefois possible d’apporter une ouverture en conclusion qui permet de formuler une nouvelle piste de réflexion dans la continuité du sujet.  

Dans une dissertation, il est souvent recommandé de réaliser trois grandes parties ainsi que trois sous-parties (si possible) pour chacune d’entre elles. En revanche, s’il y a peu d’idées à disserter, il peut être plus avantageux de privilégier la qualité et donc de se contenter de 2 grandes parties.  

Le contenu des différentes parties et sous-parties doit bien évidemment être équilibré.  

Afin de constituer son plan, il est nécessaire de s’appuyer sur ses idées développées dans le brouillon. Ces idées doivent être appuyées par des arguments précis et illustrées par des exemples concrets notamment des citations d’auteurs. Ces idées peuvent être classées par thématique si le plan choisi est thématique.  

Il est important d’employer des connecteurs logiques afin de marquer un lien logique entre chaque idée et partie développée. Les connecteurs logiques sont également indispensables pour faire les transitions. En effet, pour passer d’une idée à une autre, un lien doit être apporté. Cela permet de nuancer ou de confirmer certaines idées (ce qu’on appelle les phrases de transition).  

Rédiger l’introduction  

La rédaction de l’introduction de dissertation est une étape très importante, elle ouvre le devoir, il faut donc qu’elle soit claire et complète.  

L’introduction est composée de plusieurs éléments :  

  • L’amorce que l’on appelle également la phrase d’accroche. Elle permet d’introduire le sujet tout en suscitant l’intérêt du lecteur. Ce peut être une citation par exemple. Il est préférable d’éviter l’usage de généralités (exemple : “depuis toujours, les hommes ont tendance à ,etc. »). 
  • L’énoncé du sujet et la définition des termes qui ont été notés sur le brouillon auparavant.  
  • La problématique qui reprend le sujet formulé différemment.  
  • L’annonce du plan qui regroupe les grandes parties qui vont diriger le développement. L’annonce du plan ne doit faire apparaître que les grandes parties.  

Rédiger la conclusion  

La conclusion est un bilan de l’ensemble des idées qui répond à la problématique posée au départ. En effet, elle est tirée de l’ensemble des conclusions de chaque partie. La réponse apportée dans la conclusion doit être claire lorsque la problématique impose une réponse fermée (oui ou non) et nuancée lorsqu’il n’y a pas de réponse unique.  

Elle se termine par une ouverture, c’est une question ou une hypothèse qui apporte une réflexion différente sur le sujet. Elle peut être ou non en lien avec l’actualité. Il est possible d’effectuer une comparaison entre auteurs et courants de pensées par exemple. En français, il est possible de comparer le thème traité sous un autre registre par un auteur différent.  

Rédiger le développement  

Le développement doit faire apparaître le plan détaillé. Il contient au minimum deux grandes parties composées de trois sous-parties chacune ou trois grandes parties composées d’au moins deux sous-parties chacune.  

Il est cependant recommandé de faire un plan de trois parties afin de mener une réflexion profonde sur le sujet questionné.  

Ce qu’il faut faire :  

  • Chaque paragraphe doit commencer par un alinéa et les sauts de lignes ne se font qu’entre grandes parties.  
  • Chaque partie doit être introduite par une phrase qui résume son idée générale.  
  • Une courte conclusion doit être réalisée à la fin de chacune des grandes parties afin de montrer qu’il existe un lien logique entre elles. Il suffit de commencer la phrase conclusive par “On constate donc que” ou encore “on peut en déduire que”.  

Ce qu’il ne faut pas faire : 

  • Le plan ne doit jamais apparaître clairement (avec les I, II, III et les titres des parties).  
  • Lors de la rédaction de ce devoir, il est strictement interdit d’utiliser le pronom “je” car l’analyse apportée est issue de connaissances et d’œuvres étudiées en cours. Il faut donc être factuel et éviter les analyses subjectives. Il est donc largement préférable d’employer le “nous” ou “il” impersonnels.  

Comment faire une dissertation (le plan)

La dissertation n’est pas une épreuve difficile, c’est une épreuve qui demande de la pratique. Ainsi, avec sérieux et persévérance, la réussite est garantie !  

Table des matières